Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 08:42

La répétition d’information agace parfois les défenseurs de la langue française. En effet, à quoi bon répéter plusieurs fois la même information dans la même phrase ?

« monter en haut », « descendre en bas »

 

Les Français n’aiment pas le pléonasme ? N’en soyez pas si sûrs…

Pour commencer, le fait que ces expressions soient régulièrement utilisées par les utilisateurs de la langue, les francophones, n’est assurément pas une coïncidence. Certes, l’idée de " monter" nécessite que ce soit vers le haut. De même pour "descendre", vers le bas. Et il est toujours possible d’introduire un complément circonstanciel de lieu. Grammaticalement donc, la construction ne pose pas de problème. C’est plutôt un sentiment d’inutilité qui s’impose, qui peut même pousser à se moquer de l’émetteur de cette phrase malheureuse.

 

Mais bon, les Français recommencent et signent. Le pléonasme est si bien inscrit dans la langue française que certains mots du français sont des pléonasmes ! En effet, un mot tel que "aujourd’hui" est originairement un pléonasme !!! "hui" signifie à l’origine "ce jour" ! Autrefois, l’on ne disait donc pas "aujourd’hui", mais "hui". Et pour bien insister sur le fait que c’était aujourd’hui, nos ancêtres ont commencé à dire : « au jour d’hui », quelque chose donc comme "au jour de ce jour", une répétition d’information inutile. Mais le mot est resté, et nous disons maintenant ce pléonasme tous les jours : « aujourd’hui ».

Sauf qu’aujourd’hui prend de nos jours le sens de "hui". Et comme nos ancêtres, nous sommes tentés de bien insister sur le fait que l’action se passe bien aujourd’hui. Et ainsi, comme nos ancêtres, il nous arrive de redoubler l’information, de recréer le pléonasme, et de dire : « au jour d’aujourd’hui ». Sauf que cela n’est plus un pléonasme, mais un double pléonasme ! L’information est triple ! Alors, les Français n’aiment pas les pléonasmes ?

 

L’idée du pléonasme est qu’il est inutile de rajouter une information a priori évidente. On en souligne le ridicule. Mais pourquoi les Français s’obstinent-ils alors ?

Observez la phrase : « Elles sont grandes ». La phrase comporte trois mots, seulement trois. Et bien pourtant, à l’écrit, une information est répétée trois fois, à l’orale une autre information deux fois.

A l’écrit nous observons le "s" à "elles" et à "grandes", et "sont" lui-même indique le pluriel. Nous avons donc une information du pluriel indiquée trois fois. N’est-ce pas inutile ? De même, pour le féminin, nous avons le pronom "elles" et le "e" de "grandes" que l’on peut entendre à l’oral. Ainsi, le fait que la personne soit une femme est indiqué par deux informations, audibles. En français, les informations sont donc redondantes, et à chaque phrase.

Alors, pourquoi ce qui n’est pas apprécié pour le pléonasme est obligatoire le reste du temps ? Car en effet, ne pas l’indiquer serait une erreur grammaticale !

 

Et oui, le français est construit ainsi, par une répétition d’informations inutiles. Les informations sont continuellement redondantes. Et personne n’en critiquera l’inutilité !

 

Alors finalement, il est assez logique que les Français apprécient les pléonasmes, et en fassent souvent. On ne saurait les blâmer. La langue est ainsi faite, leur esprit est ainsi construit. Il est toujours possible d’éviter les pléonasmes sémantiques, mais s’en moquer sous prétexte que c’est inutile n’a pas beaucoup de sens. Autant se moquer de la langue française.

 




 Lire aussi :
Le romantisme des Français
Les Français et le voyage


Retour au sommaire

Partager cet article

commentaires