Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:49

Il n’y a pas si longtemps que cela, en France et dans le monde, le temps n’avait aucune valeur. Ce qui comptait, c’était la valeur intrinsèque des choses. C’est ainsi que des rois ou de grands chefs ordonnaient de longs travaux à des populations entières pour un résultat, certes, imposant, mais qui néanmoins n’avait pas la valeur du travail de fabrication. Les Egyptiens réunissaient des populations entières pour construire leurs pyramides, pour l'exemple le plus connu. Mais pensez également aux chefs Moghols qui occupaient des villages entiers pendant des mois pour fabriquer des côtes de mailles pour leurs éléphants! Il fallait les assembler maille par maille à la main pour des centaines d'éléphants! Les exemples sont très nombreux dans l'histoire!

4508181268_19ae3f60da.jpg
 

Tout ceci serait certes impensable de nos jours. Imaginez la différence! De nos jours, chacun compte le temps qu'il passe à travailler, et à la minute près! Il n'y a guère que les dirigeants qui ne le comptent pas directement et qui déplorent cela chez leurs ouvriers (et pour cause). Mais comme il s’agit de leur entreprise, ils sont les premiers bénéficiaires du temps investi. Certes…


Le temps, c'est de l'argent. (expression d'origine anglaise prenant sa source au 18ème siècle)

Et l'importance que prend le temps dans notre société ne va qu'en grandissant, ou plutôt, celle du temps de repos, en opposition au temps de travail. Prenons un autre exemple. Il y a cinquante ans, lorsque les Français faisaient les vendanges, ils n’hésitaient pas une seconde à dépasser l’heure de fin de travail. Ils étaient là pour gagner de l’argent, certes, mais aussi pour bien faire leur travail. Aussi, il ne leur paraissait pas absurde de finir le travail commencé, quitte à ce que cela dure trente minutes de plus. Aujourd’hui, vous ne trouverez  que peu de gens aussi compréhensifs. Une minute est une minute, et il faut la payer, quitte à laisser un chantier inachevé et de devoir y revenir pour cinq minutes de travail. Et même si finalement, ils devaient concéder à faire cinq minutes de travail de plus, ce ne serait qu’après dix minutes d’âpres négociations (sur le temps de travail, bien entendu).


 

Et cela engendre des situations parfois cocasses, et désagréables pour ceux qui en sont victimes. Nos regards se tournent évidemment vers l'administration, mais ils ne sont pas les seuls, même s'ils en restent les principaux acteurs...
J’ai moi-même expérimenté une situation assez récemment. Je devais me procurer des papiers auprès de l’administration. L’on m’a appelé un conseiller, et très vite, j’ai pu me rendre compte que cette personne était impatiente de finir son travail. Elle a commencé par me faire remarquer que la sonnette de son téléphone portable était très originale (et que donc je la dérangeais certainement pour son coup de fil très important). Lorsque je lui ai décris mon problème, elle m’a gentiment fait remarqué que le bureau fermait quarante-cinq minutes plus tard et qu’il fallait donc faire vite (il était 15H45). En effet, m’a dit cette personne, nous les fonctionnaires, nous avons une vie après le travail… Finalement, dix minutes plus tard, elle a refusé de me donner les papiers que je voulais, et j’ai dû y retourner le lendemain pour demander avec les mêmes justificatifs la même chose, ce qui m’a été accordé en moins de cinq minutes… La situation est absolument caricaturale, mais n'en reste pas moins vécue. Je suis d'ailleurs certain de ne pas être le seul à avoir vécu une telle scène de nos jours.

 



Ainsi, le temps est devenu une valeur essentielle dans la société française. En tout cas, le temps de repos. Les Français comptent leur temps plus que quiconque. Il paraitrait toutefois qu’ils sont parmi les plus efficaces du monde. Cela a été prouvé…


N'hésitez pas à réagir à cet article et à nous faire part de vos expériences personnelles !








 Lire aussi :
Les Français et le voyage
Le romantisme des Français
La douche




Retour au sommaire

Partager cet article

commentaires