Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 18:24

Vous connaissez maintenant la règle de base pour l'accord du participe passé :

L'accord du participe passé - règle de base (1/3)

 

Mais la règle ne s'arrête pas là, car en effet, lorsque le verbe est pronominal (avec le pronom "se", exemple : "se balader", "se renseigner", "se demander"...) la règle se complexifie un peu. Plusieurs cas sont à distinguer.

Il faut d'abord préciser que lorsque le verbe est pronominal, l'auxiliaire est toujours (pas d'exception) l'auxiliaire être.



Avec un verbe pronominal

 cas 1 : la règle générale

L'auxiliaire s'accorde en genre et en nombre avec le sujet (comme avec l'auxiliaire être).

Il s'agit du cas le plus fréquent. La plupart des verbes suivent ce principe.

Exemples : Juliette s'est baladée sur l'avenue. (Juliette=féminin = "e")

Marie et Jean-Pierre se sont renseignés sur l'itinéraire à prendre. (Marie+Jean-Pierre = féminin + masculin = masculin pluriel = "s")

 



 cas 2 : Présence d'un COD

Vous pouvez remarquer qu'il n'y a pas de COD dans nos exemples du cas 1. En effet, la présence d'un COD modifie la règle d'accord (nous présentons plus loin une autre interprétation de la règle).



Lorsqu'il y a un COD le participe passé s'accorde avec le COD si celui-ci le précède ! (comme avec l'auxiliaire "avoir")

Exemples : Elles se sont posé des questions. "des questions" est le COD de "se sont posé". Il est placé après, il n'y a donc pas d'accord.

Les réponses qu'ils se sont données étaient fausses. "que" est le COD de "se sont données". Le pronom relatif "que" remplace "les réponses" féminin pluriel. "donné" prend donc "e" et "s".





 ------- autre interprétation de la règle : avec "se" + "être", le participe passé s'accorde toujours avec le COD (du verbe conjugué) s'il est placé avant (comme avec "avoir") et s'il y en a un (comme nous verrons dans le cas 3). Seulement, en règle générale le "se" (réfléchi) assure cette fonction. Comme le "se" est un pronom qui remplace l'élément en position de sujet et qu'il est placé avant le verbe, on accorde avec ce pronom qui est en fait la même chose que le sujet. Nous disons donc comme dans le cas 1 que nous accordons avec le sujet (alors qu'en fait c'est avec le "se" réfléchi).

Exemple : Juliette s'est baladée sur l'avenue.

Cette phrase est l'équivalente de : Juliette a baladé elle-même sur l'avenue (phrase non grammaticale). se = elle-même = Juliette. Si "se" est placé avant le verbe, il y a accord.

Mais si "se" n'assure pas la fonction de COD, alors il n'y a pas d'accord avec lui, et donc pas d'accord avec le sujet! Comme il ne peut y avoir qu'un seul COD par verbe, "se" ne peut pas être le COD s'il y en a un autre après ! Dans ce cas-là, on accorde avec l'élément qui est réellement COD.

Vous avez ici l'explication de ce changement de règle selon les cas. -------

 



 cas 3 : Verbe non pronominal transitif indirect

On distingue dans cette règle les verbes pronominaux dont le verbe sans le pronom est transitif direct ou transitif indirect. Nous parlons de cette distinction dans notre article :" verbe transitif ou intransitif? ".

En bref, un verbe transitif direct est un verbe qui a un complément d'objet direct (COD) et un verbe transitif indirect un verbe qui a un complément d'objet indirect (COI).



 Ainsi, le participe passé d'un verbe pronominal dont le verbe sans le pronom est un verbe transitif indirect ne s'accorde pas.

Exemple : "se parler" est un verbe pronominal qui provient du verbe "parler". Or, "parler" est suivi d'un COI lorsque nous disons "parler à quelqu'un". Ce verbe est ainsi transitif indirect.

Ainsi l'on écrit :

Elles se sont parlé.



Mais attention ! Certains verbes peuvent avoir ou non un COD (en plus du COI). Il est important de bien les repérer quand ils se présentent!!

Par exemple : "écrire". Nous disons en effet "écrire à quelqu'un" (forme avec un COI)

Nous écrirons donc (justement) : Elles se sont écrit.

Mais "écrire" peut également avoir un COD!!! Nous disons en effet "écrire quelque chose à quelqu'un".

Dans ce cas là : exemple :

Les lettres qu'elles se sont écrites n'étaient pas signées. Il y a ici un COD qui s'introduit et qui en plus est placé avant le verbe. Il s'agit de "que" pronom relatif, dont l'antécédent est "les lettres", féminin pluriel. Nous retrouvons donc le cas 2.

Le cas 3 remplace donc le cas 1 seulement, si le verbe sans pronom est suivi d'un COI. S'il y a cependant un COD, nous retrouvons le cas 2.

 

------- autre interprétation de la règle : ceci est cohérent avec ce que nous disions pour le cas 2. En effet, si l'accord se fait toujours avec le COD et que "se" est le COD implicite, alors il y a accord avec "se" et donc avec le sujet. Mais si "se" n'est pas un COD mais un COI, alors il n'y a pas d'accord avec "se", et donc pas d'accord avec le sujet !

Et c'est bien ce qui se passe avec ces verbes transitifs indirects ! Puisque sans le "se" ils sont suivis d'un COI, en fait, le "se" devient ce COI implicite dans la forme pronominale. On n'accord plus avec lui, on n'accorde plus avec le sujet. Et si alors un COD s'impose dans la phrase, nous accorderons avec lui s'il est placé avant.

Exemple : Elles se sont écrit.

Il s'agit en fait de : elle a écrit à elle (et inversement). "à elle" = "se" en forme pronominale. Il s'agit clairement d'un complément indirect, puisqu'introduit par la préposition "à". -------

 

 

 cas 4 : Cas particuliers

Il y a toujours des exceptions en français (ou presque, puisque là aussi il faut des exceptions).

Certains verbes ont un participe passé invariable en forme pronominale.

Nous y retrouvons se plaire (et ses variantes : se complaire, se déplaire), rire, se rendre compte.

 

------- explications ? et bien puisque ces verbes ne peuvent pas avoir de COD, si nous suivons notre autre interprétation, ils ne peuvent en effet jamais s'accorder avec un COD qui les précéderait. Il ne peut pas y en avoir.

Pour "se rendre compte", c'est un peut particulier. En effet, si "compte" peut être considéré comme le COD implicite de "rendre", il sera toujours placé après le verbe. Il n'y aura jamais d'accord. -------

 

- Pour certains verbes problématiques, nous vous indiquons l'accord :

Ils se sont exclamés d'indignation à l'annonce des licenciements massifs décidés par la direction. 

Elle s'est écriée qu'elle refuserait toujours une telle proposition.

Marc et Chantale se sont aperçus de leur erreur.  

(ces trois verbes s'accordent bien avec le sujet)

 



 

 

  Un peu compliqué? Perdu? Nous proposons ici une méthode à suivre pour savoir comment accorder le participe passé avec un verbe pronominal.



Puisque le COD est la chose essentielle, il faut commencer par repérer s'il y en a un :

- il y en a un (autre que "se") ?

Parfait. S'il est placé avant le verbe : vous accordez le participe passé avec le COD.

S'il est placé après, vous n'accordez pas le participe passé.



- il n'y en a pas?

Demandez-vous alors si "se" peut être interprété comme un COD ou un COI.

Pour cela, voyez si le verbe sans le "se" serait suivi dans ce cas d'un COD ou d'un COI.

Si dans ce cas, il serait suivi d'un COD, vous accordez avec le sujet.

Si dans ce cas il serait suivi d'un COI, vous n'accordez pas.

 

- votre verbe résiste à ce test car il n'existe pas sous une autre forme que pronominale (= il a toujours un "se" avec lui et il ne veut rien dire sans) ?

alors vous accordez avec le sujet (cas 1)

 

 

 Pour approfondir la règle, lire : L'accord du participe passé - suivi d'un infinitif (3/3)

 

 

4945700776_0df18db226.jpg 

 

 Lire aussi :

L'accord du participe passé - règle de base (1/3)

 L'accord du participe passé - suivi d'un infinitif (3/3)  

 Le passé composé 

Repérer le COD 

Retrouver le COI 

Les pronoms relatifs 

verbe transitif ou intransitif?  

 

 

 

 


Retour au Sommaire 

Partager cet article

commentaires