Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:59

Comme vous le comprendrez aisément, il n’est pas possible de faire un cours magistralà un enfant en bas âge. De toute façon, vous n’en êtes plus là non plus dans vos cours de FLE en général.

 

Si dans l’idéal tout enseignement devrait se faire en s’amusant, naturellement, cela est d’autant plus nécessaire pour de jeunes enfants. Il n’y a en effet pas d’alternative possible. Aussi, l’enseignement de toute notion à un enfant de moins de 6 ans doit se faire naturellement, ou de façon ludique.

 

Les notions de politesse sont des éléments utiles dans la vie quotidienne, et faciles à utiliser. Par ailleurs, vous comblerez les parents lorsqu’ils entendront leurs adorables bambins leur crier ces mots magiques et si mélodieux (tel qu’est perçu le français) dans les oreilles.

 

La politesse va donc rapidement devenir une de vos priorités. Notez que ce sera également pour vous un moyen de lui apprendre les bonnes manières et de lui donner des limites et de la discipline durant votre heure de cours. Car à cet âge là, les limites sont des choses qui s’apprennent, même dans leur langue d’origine.

 

L’enseignement de la politesse aura ainsi un double intérêt : donner des limites à votre apprenant et lui apprendre des notions utiles en français.

 

 Comment s’y prendre alors ?

Et bien la chose est simple, comme il se doit pour un petit enfant. A chaque fois qu’une situation impose un acte de politesse, apprenez-le lui en français, et cela, dès le début !

 

Lorsque vous arrivez, dites lui « bonjour » et faites le lui dire.

Lorsque vous partez, faites-lui dire « au revoir » !

A chaque fois qu’il veut quelque chose, exigez un « s’il te plait », ou un « s’il vous plait » selon le degré de familiarité que vous voulez instaurer avec lui.

Lorsqu’il obtient ce qu’il veut, un objet par exemple, ne lâchez l’objet que s’il vous a répondu « merci ».

Lorsqu’il vous rend un service, n’oubliez pas non plus un « merci », ce qui s’applique à lui, s’applique à vous. En réponse au « merci », vous pouvez également imposer un « il n’y a pas de quoi », ou plus simplement un « de rien ».

Il ne manquera pas de faire des bêtises, exigez un « je suis désolé », ou un « pardon ». Vous pourrez alors lui répondre «  ce n’est pas grave », ou un « il n’y a pas de mal ».

 

 Notez que dans un premier temps, vous devrez être cohérent et conserver la même expression dans des contextes similaires. Il s’agira de la phase de compréhension de l’utilisation. Il verra et comprendra par lui-même comment l’utiliser. Ils sont très forts à cet âge pour comprendre cela. Ce n’est que plus tard, quand il aura bien maîtrisé que vous introduirez des variantes.

 

Ainsi, vous ne lui apprenez pas un français théorique, mais vous lui apprenez le français dans l’action, en l’utilisant. Cela peut paraître simple, mais il est important d’y penser. Cela peut paraître autoritaire, n’oubliez pas qu’il s’agit d’un enfant et que dans sa langue aussi, il a besoin d’apprendre ces notions. Pour lui, cela a une dimension ludique. Et c’est, semble-t-il, la meilleure façon de lui donner des situations d’utilisation pour qu’il apprenne à les utiliser. Vous êtes peut-être son unique référent du français. Agissez comme tel.

 

 

Il ne s’agit bien entendu là que des formules de politesse les plus élémentaires, et qui constituent des phrases par elles-mêmes. C’est leur intérêt. Les formules plus compliquées qui exigent des constructions grammaticales plus subtiles attendront que votre ou vos apprenant(s) maitrise(nt) plus de vocabulaire.

 



 Lire aussi :
Rédiger une lettre
Cours de FLE pour enfants en bas âge
Le jeu de mémo
Evolutions du jeu de mémo
Jeu de cartons: réalisation de tâches
Utilisation de logiciels
Utilisation du dessin
Les formules de politesse



Retour au sommaire

17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 17:15

Les enfants aiment dessiner. Ce n'est un secret pour personne. Alors avec autant de mots, de noms, de choses, de crayons et de papiers autour de lui, votre élève va fatalement vous demander de dessiner. Le dessin est évidemment une activité enrichissante pour votre apprenant. A vous de diriger l'activité, à vous de l'orienter pour que d'un simple jeu, cela devienne une activité créatrice de sens et de mots français.

 

Comment s'y prendre : pour cela vous pouvez utiliser toutes les dimensions de ce qu'implique un dessin: le matériel, et le contenu.

 

Le matériel: vous avez des crayons de couleur, du papier. Commencez par lui apprendre comment cela s'appelle (crayons, feuille, gomme, etc.). Ensuite, ce sont des crayons de couleur, c'est évidemment idéal pour lui apprendre les couleurs dans l'action. Dites lui comment cela s'appelle, prenez le crayon, cachez-le et dites lui d'exprimer ce qu'il cherche quand il ne le trouve plus. Ou bien encore, apprenez-lui les formules de politesse qu'il doit utiliser pour obtenir quelque chose que vous détenez. Bien entendu, cela dépendra du niveau de votre élève et du contenu de votre cours. Ce sont néanmoins là de premières activités rapidement accessibles à des débutants qu'ils sont souvent à cet âge.

La forme: Pas besoin de beaucoup de talent dans un premier temps. Votre élève va spontanément dessiner des choses qui l'intéressent, et probablement, qu'il a vues récemment (donc éventuellement dans votre cours). Il va le plus souvent dessiner des animaux, ou des maisons, des choses simples que vous pourrez lui demander d'exprimer avec des mots. Il devra vous dire ce qu'il dessine en français. Il y aura un moment, qui arrivera plus ou moins tôt, où l'enfant va passer à la phase de gribouillage. Vou pouvez alors attirer son attention en vous mettant vous-même à dessiner. La tâche sera alors de lui faire deviner ce que vous dessinez. Si comme moi vous êtes nuls en dessin, ce n'est pas grâve, c'est l'intention qui compte. Dites-lui alors ce que vous avez voulu faire, et il vous montrera comment on fait pour que cela ressemble à quelque chose (pour lui en tout cas). A defaut de bien dessiner, il aura appris un mot, et il recommencera à essayer de dessiner quelque chose d'utile pour votre cours. Evidemment, si vous êtes vous-même un artiste, cette activité de dessin va d'autant plus l'enthousiasmer. Emerveillez-le avec votre talent, et continuez ce jeu de devinettes/ reproduction de dessin qui le marquera beaucoup, c'est certain.



 Lire aussi
Cours de FLE pour enfants en bas âge 
Le jeu de mémo 
Evolutions du jeu de mémo 
Jeu de cartons: réalisation de tâches 
Utilisation de logiciels 
enseigner les formules de politesse 

 



Retour au sommaire

19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 07:42

Je recommande personnellement l'utilisation de l'informatique pour des cours de FLE avec des enfants en bas âge. Ceci comporte toutefois quelques difficultés.

Les avantages : Pour un enfant qui ne sait pas lire et qui parle une langue étrangère que vous ne maîtrisez peut-être pas dans tous ses détails, l'utilisation de l'image est essentielle. Si une image sur papier est évidemment déjà un bon outil, une image sur ordinateur, voire même une vidéo, ou simplement, comme nous allons en parler un fichier Powerpoint, est infiniment plus captivant pour un enfant.

L'utilisation de logiciels type Powerpoint permet d'introduire des images successivement, avec vos commentaires personnels et d'introduire les mots que vous souhaitez enseigner à l'enfant (des adjectifs que l'image met en valeur, par exemple "gros" pour une image d'éléphant que vous pouvez opposer à une fourmi avec le mot "petit", etc.).
Cela permet d'avoir une temporalité dans la présentation de ces images. L'enfant de 3 ans est assez peu patient, mais si la temporalité dépend d'un agent extérieur, comme l'ordinateur, et non de vous, sa curiosité naturelle le poussera à vouloir découvrir les images qui suivent celle que vous lui montrez en oubliant les précédentes. Lorsqu'il n'en aime plus une, il passera à la suivante, plutôt que de déchirer vos images papier, ou bien de les collectionner sans faire attention à leur contenu. L'aspect matériel de l'image d'ordinateur n'existe pas. On passe directement à son contenu.
Enfin, sur une vidéo ou sur ce type de logiciel, il vous est possible d'introduire une dynamique. L'image bouge, les mots peuvent bouger. Soyez créatifs, délirants même. L'enfant n'en sera que plus fasciné et attentif.
Laissez-le s'exprimer, mimer l'image, mais introduisez le français dans ses phrases et répétez les mots que vous souhaitez le voir apprendre en faisant comme lui. Imitez-le, il vous imitera. C'est sa façon de les utiliser à lui, alors laissez-le parler français avec la façon de son âge.

Les difficultés : L'enfant est demandeur de ce type d'outil, mais pas toujours pour les raisons que nous voudrions. L'écran d'ordinateur le fascine, le captive. Mais à son âge, il s'agit d'être prudent. Si sa mère vous a apporté des boissons, n'oubliez pas de les écarter au maximum de l'ordinateur, sans quoi vous pourriez avoir de mauvaises surprises. Les enfants sont très vifs, et un accident pourrait vite arriver.
N'abusez-pas non plus de l'utilisation de cet outil. Sachez diversifier votre heure de cours. Lorsque l'enfant commence à postillonner sur l'écran, ou bien qu'il veut à tout prix faire des lignes de "H" ou d'une autre lettre sur votre fichier Word ou autre, c'est qu'il est temps de faire une autre activité.
 

DSC_2581

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 09:23

Ce jeu s'apparente au jeu de Mémo. Il pourra donc le remplacer, mais pas lui succéder dans une même séance de cours.
Le niveau de difficulté est supérieur, mais dépendra de ce que vous demanderez à l'enfant. Il conviendra également que ce jeu soit assez court.  

Le Matériel : Sur le fond, il s'agit de la même préparation que pour le jeu de Mémo. Vous découpez des cartons de taille identique, vous collez du papier sur une face, de façon à ce que le verso soit le même pour tous, mais cette fois-ci, vous n'écrivez pas des lettres, mais des tâches à accomplir.

Objectif Pédagogique : Ce jeu est idéal pour faire faire une tâche à l'enfant. Il apprendra donc le français non pas théoriquement, mais en agissant.

Déroulement : Posez les cartons sur le sol à l'envers. L'enfant en choisi un au hasard, ou avec le dé (voir "évolutions du jeu de Mémo"). Il doit alors effectuer ce qu'il y a sur le carton. Vous devez donc le lui lire, lui expliquer, et éventuellement, les premières fois, le lui montrer. S'il réussit, il remporte le carton, et chaque carton vaut un point. S'il gagne, il peut ensuite rejouer.

Nombre de joueurs : L'idéal pour ce jeu est qu'il y ait plusieurs enfants. En effet, vous serez moins crédibles si vous voulez perdre et que vous êtes seul avec lui. Avec deux enfants, vous n'intervenez que comme arbitre. Ceci dit, j'ai personnellement joué à ce jeu avec un enfant seul, et pour le laisser gagner, je le laissais simplement jouer plusieurs fois de suite, alors que moi, je ne faisais qu'un seul carton par tour.

Exemple de tâches : Ce jeu s'effectuera en complément des objectifs que vous vous êtes fixé pour ce cours. Ainsi les tâches peuvent être très variables. Cela peut être de demander quelque chose (un gâteau, un bonbon, etc.). Cela peut être d'effectuer un acte de politesse (on lui donne une situation, que doit-il y faire, exemple: dire s'il te plaît, merci, bonjour, etc.).
Plutôt que des tâches qui peuvent être difficiles, on peut également lui demander simplement de réciter des choses qu'il a apprises. Par exemple citer 3 animaux, faire le cri d'un animal, l'imiter, etc. Il conviendra de s'adapter aux goûts de l'enfant, à son comportement, ce qu'il aime faire ou non. L'enfant auquel j'ai enseigné imitait par exemple systématiquement tous les animaux dont nous parlions. Réaliser l'imitation était donc particulièrement intéressant pour lui.
Etant donné l'âge de l'enfant, vous pouvez tout à fait écrire en français sur ceux-ci, et ce sera à vous de le lui lire et de lui dire ce qu'il devra faire.

1269810394_64c1d031d5.jpg

 Lire aussi :
Le jeu de mémo
Evolutions du jeu de mémo
Cours de FLE pour enfants en bas âge
Utilisation de logiciels
Utilisation du dessin
enseigner les formules de politesse


Retour au sommaire

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 08:31

Le jeu de Mémo est un bon départ pour la prononciation, mais il est bon de rapidement évoluer vers des contenus pédagogiques plus consistants.
Voici quelques évolutions possibles s'appuyant sur les mêmes bases mais qui permettront à l'apprenant de découvrir des mots ou des expressions du français.

Variante 1 : Utilisation du dé.
Le dé permettra d'introduire les chiffres de 1 à 6.
Pour cela, placez vos cartons deux par deux, de façon à former un rectangle. Chaque joueur lance deux fois le dé, le premier chiffre indiquera un carton dans la colonne, le second dans la rangée. Evidemment, vous n'aurez pas 36 cartons, d'autant plus qu'ils diminueront, alors simplement, vous recommencez à compter à partir du départ quand vous arrivez à la fin (si vous avez deux cartons, le premier sera donc 1, 3 ou 5, et le deuxième 2, 4 ou 6).
Bien sûr, dans cette activité, il ne faut lancer le dé que pour la sélection du premier carton. Le second carton devra être tiré ou hasard, ou selon ce dont on se souvient, pour garder l'esprit du jeu de Mémo.
Ceci dit, l'utilisation du dé gardera toute sa place dans les variantes suivantes.

Variante 2 : Le jeu de Mémo classique.
Nous le plaçons comme variante, alors qu'il devrait plutôt être à l'origine, car il présente une difficulté supérieure au jeu que nous avons proposé en premier. En effet, ce jeu se fera à partir d'image, dont il convient d'apprendre le mot en français, et d'éviter que l'enfant ne le dise dans sa langue d'origine.
Cette variante pourra se faire en complément d'une autre activité d'apprentissage de mots de vocabulaire (type animaux, saisons, etc.).

4526344802_ae8bbc34e1.jpg

 Lire aussi :
Le jeu de mémo
Jeu de cartons: réalisation de tâches
Cours de FLE pour enfants en bas âge
Utilisation de logiciels
Utilisation du dessin
enseigner les formules de politesse


Retour au sommaire

17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 18:24

Pour des enfants de 3 ans, voilà une très bonne entrée en matière.
Si ce jeu permet de faire retenir les lettres de l'alphabet, de les reconnaître, l'objectif principal reste la prononciation de sons du français.
Avec des enfants plus âgés, il permettra d'envisager les premiers pas vers la lecture.

Il est préférable de ne pas y passer trop de temps. Une vingtaine de minutes serait l'idéal, puis passez à autre chose. L'enfant s'en lassera et il est même probable que vous finissiez par devoir courir après vos cartons dans la salle si vous insistiez au-delà. Ceci-dit, d'après mon expérience personnelle, l'enfant a un véritable intérêt pour ce jeu et mon élève me le redemandait à chaque cour.

Le matériel est assez simple, et il est possible de préparer ce jeu chez soi. Munissez-vous de cartons, de papier blanc ou de couleur et d'un marqueur. Vous découpez le carton de façon à avoir des carrés assez réguliers. Vous découpez des carrés de papier de la même taille et vous écrivez une lettre sur chaque. Vous collez le papier de façon à ce que le dos de votre carton soit le même pour tous. Vous faites deux cartons par lettre, ce qui vous fait un total de 52 cartons si vous voulez toutes les lettres de l'alphabet.

Déroulement : Sélectionnez les lettres/sons que vous voulez faire prononcer à votre enfant. A trois ans, 5 ou 6 lettres sont suffisantes à la fois. Cela nous fait 10-12 cartons. Vous les posez par terre à l'envers, et alternativement, avec votre élève, vous retournez deux cartons. A chaque fois qu'un carton est retourné, faites-le prononcer à votre élève. Arrangez-vous pour laisser votre élève trouver les deux cartons identiques. S'ils le sont, vous pouvez lui faire dire "pareil", s'ils ne le sont pas, vous remarquez avec lui "pas pareil". Lorsqu'une personne les trouve, elle les garde et marque un point. Elle peut ensuite rejouer. Si elle ne trouve que deux cartons différents, elle les remet et c'est à l'autre de jouer. Le gagnant est celui qui en a trouvé le plus et qui a donc le plus de points.





 Lire aussi :
Evolutions du jeu de mémo
Jeu de cartons: réalisation de tâches
Cours de FLE pour enfants en bas âge
Utilisation de logiciels
Utilisation du dessin
enseigner les formules de politesse


Retour au sommaire

15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 09:59

Les parents voient de plus en plus loin pour leurs enfants. Par ailleurs, ils connaissent les théories du développement de l'enfant et se disent que plus on commence tôt, plus un enfant a de facilités à apprendre une langue.

Ceci dit, pour nous enseignants, la tâche n'est pas si aisée. On n'apprend pas le français à un enfant de 3 ans comme on l'apprendrait à un adulte. Il faut évidemment tout de suite oublier les développements grammaticaux du fonctionnement, pourtant si simple, de cette chère langue qu'est le français.

Un enfant de 3 ans n'accepte qu'une seule chose: le jeu. Et c'est donc de façon ludique qu'on lui enseignera le français. Ceci dit, un jeu qui dure plus de 30 minutes avec un enfant de 3 ans, c'est vraiment un bon jeu. 30 minutes sera plutôt une limite, et une limite ultime à ne pas dépasser. Et avec un peu de chance, il voudra refaire l'activité au cours suivant, ou la semaine d'après.
Mais ne le laissez pas jouer tout seul, bien sûr! L'important est de capter son attention. C'est à vous de faire le spectacle, pas à lui!

Et donc, il va nous en falloir de l'imagination. Il va nous falloir redevenir un enfant, et jouer avec lui à des activités, à la fois captivantes et éducatives. Et surtout, ne pas avoir peur de perdre (Ils sont vraiment trop forts à cet âge...). N'oubliez pas leurs motivations!

Et ils vous étonneront avec leur mémoire sans limites!

Bon jeu!



 Lire aussi
Le jeu de mémo 
Evolutions du jeu de mémo 
Jeu de cartons: réalisation de tâches 
Utilisation de logiciels 
Utilisation du dessin 
enseigner les formules de politesse 
 


Retour au sommaire