Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 15:03

Voici le discours que j'ai écrit et prononcé pour l'introduction du concours national d'éloquence dans le pays où je travaille. Ayant moi-même participé à la formation de candidats, j'ai proposé ce discours à l'organisateur qui l'a aimé et qui m'a demandé de le prononcer.

Je vous le présente donc, et peut-être qu'il vous inspirera aussi, pour le même exercice, ou pour vos préparations.

Ce discours fait environ 4 minutes. Bonne lecture!

 

 

 

Ecoutez le silence…

"La pendule fait tic tac tic tic" nous dit Charles Trenet dont le cœur passionné commence à s'élancer.

 

Ecoutez le silence… Ce n'en est pas un.

Entendez les cœurs battre, l'excitation, le stress de nos candidats qui se préparent à parler devant vous.

Entendez la passion qui s'éveille eu eux. Entendez ces cœurs qui font boum… Boum boum… boum boum.

Le mien aussi qui mesure en ce moment la pression qui peut peser sur leurs épaules.

La peur? Oui, mais pas que. Le plaisir aussi, la passion, la passion des mots, des phrases, et des sentiments qu'elles peuvent véhiculer, faire naître!

Oui, c'est une passion qui nous rassemble aujourd'hui.

 

Et moi, qui suis-je pour prendre la parole aujourd'hui devant vous?

Un simple formateur pour ce programme.

"un formateur" quelle prétention!

Je ne suis qu'un prof, avec sa modeste voix, timide en plus. Je ne suis certainement pas un grand orateur, et pourtant, me voilà, incarnant ce savoir devant nos étudiants crédules.

 

Regardez-moi, les gestes sont gauches, la voix mal posée. Et pourtant, et pourtant…

Quelle fierté de les voir là aujourd'hui, devant vous, dépassant de très très loin nos attentes les plus folles.

Et d'ailleurs, pas seulement ceux que vous allez voir, mais aussi tous ceux qui ont préparé ce concours en même temps et qui n'ont pas eu la chance de venir s'exprimer ici aujourd'hui.

C'est à leur travail que je veux rendre hommage, à leurs efforts, à leur détermination à tous.

J'ai vu de mes yeux les progrès effectués, le chemin parcouru, et il est certain qu'en ce qui me concerne, je n'y suis pas pour grand-chose. Non, c'est votre travail qui a porté ses fruits.

 

Merci, merci à vous, Le Bureau français  qui nous a amenés dans cette aventure.

Merci au programme Eloquentia, initiateurs de ce projet. Merci à l'Institut français.

Merci à l'association des professeurs de français sans qui cela n'aurait pas été possible.

 

Je vous remercie car c'est justement ce type d'activité qui nous rappelle ce qu'est notre métier.

Nous sommes là pour les aider, les accompagner, les pousser peut-être un peu, et à révéler quelque chose en eux qu'ils ignoraient peut-être. Car je le garantis, tout ce que vous allez entendre vient d'eux et d'eux seuls. C'est leur style, leur façon de faire que nous avons voulu valoriser, mettre en avant ici pour vous. Et de tous nos étudiants qui se sont préparés, chacun avec son style aurait mérité d'être là aujourd'hui.

 

Ce programme nous rappelle ce qu'est notre métier disais-je, et notre métier, c'est aussi prendre du plaisir à ce que nous faisons. Et croyez-moi, nous nous sommes bien amusés, à discuter, échanger, nous préparer à parler en public, devant des regards parfois intrigués.

Oui, nous nous sommes amusés, tellement amusés que je me suis laissé prendre au jeu et me voilà moi aussi avec ce discours préparé pour vous ici, aujourd'hui.

Je voulais voir moi aussi, je voulais essayer.

 

Voici un autre secret pour nos étudiants : Enseigner de nouvelles choses, c'est aussi apprendre de nouvelles choses. Et nous aussi, soi-disant formateurs, nous avons appris beaucoup.

Et ça aussi c'est l'essence de notre métier. Toujours apprendre, découvrir, être curieux, et essayer.

 

Alors à la fin, nous savons tous qu'il n'en restera qu'un. Mais je sais aussi qu'il n'y aura en fait que des gagnants.

 

 

Un discours !
Partager cet article
Repost0

commentaires