Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 15:17

Pour écrire des paroles de chanson, vous pouvez aussi raconter une histoire. Il y a quand-même quelques contraintes.

Il est tout d'abord conseillé de garder un même nombre de syllabes, régulier, pour créer un rythme et faciliter la mise en musique.

Il est aussi souhaitable de faire des rimes.

En ce qui concerne l'histoire, il faut rester sur quelque chose de simple, car entre les contraintes que je viens d'évoquer et la durée de la chanson, qui sera forcément courte, vous ne pouvez pas vous lancer véritablement dans une grande épopée.

Enfin, soignez la chute, c'est à dire la fin de l'histoire. Comme dit justement Renaud dans sa chanson Laisse Béton, ce n'est pas toujours si simple. Il n'y a bien sûr pas de recette miracle.

Voici un petit exemple personnel, en espérant ne pas trop verser dans le stéréotype (mais comment parler de Bretagne sans parler de bateaux et de marins, n'est-ce pas? ^^), et qui vous donnera envie, j'espère, de connaitre ce village (les noms propres ne sont pas les noms originaux).

 

 

Imbalabwé

 

Dans mon village où je suis né

Quand le soleil vient se cacher

Sur le lac au son des tam-tams

Les ombres dessinent une femme.

 

 

Et tous les soirs,

Tous les gens de mon village

Se réunissent de tous les âges

Chantent et dansent autour des flots

Ce refrain pour cet oiseau :

« Oh déesse, oh femme sacrée,

Que ta magie nous soit prospère

Rend fertile nos cœurs et nos terres

Oh déesse, oh femme sacrée,

Grande déesse Imbalabwé. »

 

 

Dans mon pays, là d’où je viens,

C’est le désert qui s’étend loin.

Juste ce lac pour notre gloire

Et cette femme qui danse le soir.

 

 

On dit qu’un jour va arriver

Un pêcheur viendra l’épouser

Les anciens disent que ce jour là,

Ce grand pêcheur deviendra roi.

 

 

Et tous les soirs,

Tous les gens de mon village

Se réunissent de tous les âges

Chantent et dansent autour des flots

Ce refrain pour cet oiseau :

« Oh déesse, oh femme sacrée,

Que ta magie nous soit prospère

Rend fertile nos cœurs et nos terres

Oh déesse, oh femme sacrée,

Grande déesse Imbalabwé. »

 

 

Dans mon pays où je suis né

Aucun pêcheur ne l’a trouvée

Mais moi je sais qu’un jour là-bas,

Ce pêcheur-roi, ce sera moi.

 

 

 

Hwange - Zimbabwe 2018
Partager cet article
Repost0

commentaires