Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 13:43

Les constructions "c’est + nom + que" ou "c’est + nom + qui", etc. permettent d’insister sur le nom ainsi séparé du reste de la phrase. Il s’agit d’une procédure emphatique. Nous trouvons le verbe "être", un nom et un pronom relatif qui peut être qui ou que, mais aussi dont, , lequel (et ses dérivés), etc.

Ainsi, le mot mis en emphase se trouve dans la proposition principale : c’est …, et le reste de la phrase, qui contient d’ailleurs l’essentiel du sens,  est une seconde proposition : une proposition subordonnée relative.

 

 Remarquons que le nom ainsi mis en valeur est toujours attribut du sujet "ce" ! Il n’a donc pas de fonction dans la proposition relative. Rappelons en effet qu’en français, un même mot ne peut pas avoir deux fonctions différentes.

 

 Le nom ainsi mis en valeur peut être le sujet logique de la phrase dont il est question. Dans ce cas-là, le pronom relatif utilisé sera "qui".

Exemple : C’est le chien qui t’a mordu. "Le chien" est le sujet logique de "a mordu". Mais le sujet grammatical est le pronom relatif "qui" ! (dont l’antécédent est "le chien")

 

 Le nom mis en valeur peut être le COD logique de la phrase dont il est question. Dans ce cas-là, le pronom relatif utilisé sera "que".

Exemple : C’est l’os que le chien a mangé. "L’os" est le COD logique de "a mangé". Néanmoins, le COD grammatical de ce verbe est le pronom relatif "que" (dont l’antécédent est "l’os").

 

Ainsi, selon la fonction qu’aurait le nom mis en valeur dans la proposition subordonnée relative, le pronom relatif qui le remplace change. (Nous vous invitons à regarder notre article sur les pronoms relatifs).

 

 

 Cette structure est extrêmement utilisée en français, par les Français, autant à l’écrit qu’à l’oral d’ailleurs. Et cela, beaucoup trop souvent. En effet, cet effet de style alourdit la phrase et est rarement nécessaire. Il vient cependant assez facilement dans la bouche ou sous la plume. Il est donc fortement conseillé d’envisager en priorité la phrase sans cette figure, et de la remplacer systématiquement par une phrase simple quand cela est possible (c'est-à-dire à peu près toujours). Votre style s’en trouvera nettement allégé et plus agréable.

 

Exemple : Plutôt que : « c’est le chien qui t’a mordu », on peut dire : « ce chien t’a mordu ». La seule différence est que dans la première, on insiste sur le chien. Le sens est sinon exactement le même. La seconde phrase est simplement plus légère. (on peut ajouter un adjectif démonstratif pour redonner le sens de désignation présent dans l’emphase).

 

Plutôt que : « c’est l’os que le chien a mangé », on peut dire : « le chien a mangé cet os ».

 

 

 Exercice : simplifiez les phrases suivantes :

 

- C’est le jour où tu vas fêter ton anniversaire.

__________________________________________________________________________________

 

- C’est dimanche qu’ils arrivent.

__________________________________________________________________________________

 

- C’est le voisin auquel nous avons parlé.

__________________________________________________________________________________

 

- C’est la voiture dont Pierre rêve.

__________________________________________________________________________________

 

- C’est le pompier qui t’a sauvé.

__________________________________________________________________________________

 

 

 

 Réponses :

Tu vas fêter ton anniversaire ce jour-là.

Ils arrivent dimanche.

Nous avons parlé à ce voisin.

Pierre rêve de cette voiture.Ce pompier t’a sauvé.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Dadjet 02/05/2019 22:46

Comment mettre cette phrase au future?:c'est la qualité qui fera la difference

Laoshi 11/05/2019 14:10

"fera" est au futur. Vous pouvez utiliser cette construction : " c'est la qualité qui fera la différence" , en parlant de la qualité en général.
Mais il est vrai que vous pouvez aussi dire : "ce sera la qualité qui fera la différence". La nuance n'est pas très forte. Le "sera" me semble atténuer l'importance de la qualité. Au présent, le c'est" pose la qualité comme le critère pour faire la différence. Au futur, le "sera" semble indiquer que ce critère arrive plus tard, peut-être après d'autres, même s'il est décisif, ou peut-être que vous ne connaissez pas encore la qualité du produit dont vous parlez et que vous êtes par exemple en train de le préparer. Dans ce cas-là vous y apportez une attention en pensant qu'à la fin, ce sera le critère le plus important, même si ce n'est pas évident maintenant. Le contexte sera important pour choisir la formule, mais sachez que "c'est" reste possible avec un futur dans la phrase.

TTBLACK 12/06/2015 11:21

Bonjour
J'aimerais savoir si cette phrase emphatique est bien écrite

C'est les fleurs que j'ai ceuilli hier

Laoshi 12/06/2015 14:52

Il faut dire:
"ce sont les fleurs que j'ai cueillies hier" (voir aussi l'accord du participe passé)

moopie 19/10/2011 14:48



effectivement c'est plus léger merci